novembre 2017
L Ma Me J V S D
« nov    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Une autre représentation du développement durable

Le développement durable renvoie à de nombreuses approches et définitions. Le modèle de présentation le plus courant est celui de l’intersection des trois cercles représentant l’économie, l’environnement et le champ social.

Certains ont cependant pointé la faiblesse de cette représentation, car celle-ci suppose trois cercles sont “d’égale valeur”, ce qui pourrait conduire, en cas d’arbitrage entre les trois valeurs, à faire triompher la valeur “économie” sur la valeur “nature”. Cela pose en effet un véritable problème, car il est évident que le cercle représentant les ressources naturelles (le “capital naturel”) présente des caractères que les autres champs ne présentent pas. Par exemple, certains stocks naturels sont finis et voués à disparaître, au moins à l’échelle de l’homme (comme le pétrole, le charbon et d’autres minerais). Cela a poussé certains auteurs à reconsidérer ce schéma et à le présenter sous la forme de trois cercles concentriques, avec des champs qui s’englobent mutuellement :

Ce schéma permet à la fois de rétablir la spécificité de la valeur “environnement / nature” et d’inscrire plus justement l’activité économique : à l’intérieur d’un univers social équitable, lui-même englobé au sein d’un espace naturel vivable. En d’autres termes, ce schéma permet de fermer la possibilité de situer un quelconque projet dans des zones de “viabilité” ou “d’équité” qui ne soient pas en même temps vivables.

Ainsi, une autre approche de la durabilité consiste à opposer une soutenabilité faible et une soutenabilité forte. Les partisans de la soutenabilité faible prétendent qu’on peut substituer capital naturel et capital financier, c’est à dire en somme que payer suffit pour toute atteinte à l’environnement. Cette théorie engendre et légitime le principe du pollueur payeur (mécanisme des quotas de carbone mise en place à l’échelle européenne, par exemple, taxe carbone).

Pour les partisans de la durabilité forte, le capital naturel est reconnu comme n’étant pas interchangeable avec de l’argent.


Retour à la page “Développement durable”